Interview du Ministre du Pétrole par le journal le Témoin

«La petite exploitation pétrolière a amélioré sensiblement les recettes de l'Etat»

 

Bonjour Monsieur le Ministre.


Depuis 2011, le Niger est sur la liste des pays producteurs de pétrole. Qu'est-ce que cette nouvelle activité a rapporté, sur le plan économique et financier au pays?

Depuis effectivement 2011 avec la mise en service de la société de raffinage de Zinder (SORAZ), le Niger est devenu producteur de pétrole. Ce pétrole est produit par la société chinoise CNPC·NP SA, filiale de la CNODC, sur le gisement d'Agadem.

Dans un premier temps, la production de 20.000 barils par Jour consiste il ravitaille la raffinerie. Cette production modeste, a quand même permis d'améliorer de façons très sensible les revenus de I ’Etat. L'activité de production et de vente du pétrole brut génère trois taxes:

  • la reaevance ad- valorerm est de 12,5%,
  • la taxe-oit est la différence entrete prix de vente et le coup des investissements qui est partagé entre la société CNPC el l'Etal,
  • Le profit Oil qui est une sorte de dividende.

Ces trois taxes génèrent par an, selon le niveau de production, entre 41,22 milliards de francs (comme en 2016) et 56,81 milliards de francs (en 2013). Pour un niveau de production maximum de 20.000 barils par Jour, cela peut avoisiner les 70 milliards de francs Mais Jusqu'a là, la raffinerie a tourné autour de 16.000 et 18.000 barils jour. Pour ce qui est de l'activité de raffinage, elle génère pour les caisses de l'Etat la taxe sur les produits pétroliers et de la TVA (Taxe sur la Valeur Ajoutée). Ces deux taxes tournent entre 45 et 50 milliards de Francs par an.

Pour résumer disons que les deux activités (la production du brut et le raffinage) rapportent à l'Etat entre 90 et 100 milliards de francs CFA année.

 

(Lire la suite)  Télécharger l’interview LE TEMOIN du 1er au 26 Mars 2017